Célibat 2021 : la quête du réconfort dans l’univers des blessures

Début 2021, célibat en pleine 2e année de pandémie mondiale. Mais quelle galère. J’ai eu une petite relation vers l’automne et honnêtement, rien de concluant.

D’où l’inspiration pour mon titre. À la base, j’ai observé que dans ma tranche d’âge, les 30-40 ans, les gens arrivent avec leur lot de blessure. Normal, on a tous un vécu. Je m’attends un peu qu’en 2021, avec les informations et ressources dont on a accès, qu’on puisse avoir la maturité de guérir entre deux relations.

Ce concept a pourtant l’air d’échapper à 95% de la population célibataire au Québec! Je me suis donc donné la mission de métaphoriser le concept afin d’éduquer. Avec de la chance, ça allumera peut-être quelques lumières.

Quand tu fais du sport de haut niveau et que tu te blesses gravement au genou, tu as besoin de temps et de soin pour te rétablir. Parfois même une opération qui demande une convalescence. Et ensuite, tu dois écouter ton corps et recommencer graduellement. Tu dois manger les bons aliments afin que tes ligaments, os et muscles se rétablissent, être suivit par un spécialiste afin de bien réhabiliter ton genou et aussi, du repos et du temps. Tu ne peux pas, dès la semaine qui suit, te remettre à courir comme une gazelle. Sinon, tu vas te blesser une 2 e fois plus intensément et peut-être même compenser et blesser d’autres parties de ton corps. Tu pourras toujours prendre des solutions rapides comme des anti-douleurs afin d’endormir le mal, mais tu développeras une dépendance, bruleras ta blessure encore plus fort et lorsque le médicament ne fera plus effet, tu sentiras un manque et ta blessure sera toujours là.

Le système émotionnel fonctionne comme notre corps physique. Il a sa propre formule pour garder l’équilibre et il peut se blesser également. Lorsque tu vis une blessure du cœur, que ce soit trahison, dépendance, abandon, une grosse peine d’amour ou même simplement une déception, tu as besoin de guérir. Tu as besoin de temps. Tu as besoin de repos. Tu as besoin de réhabiliter ton cœur, de voir comment tu fonctionnes, de reconnaître tes besoins ainsi que tes limites personnelles. Des limites, ce n’est pas toujours mauvais. Il y a des moments dans une vie où on en a besoin plus car on est en train de guérir. Alors on se crée une petite forteresse pour tranquillement panser nos blessures.

Et plus tard, on descend un mur à la fois en prenant des forces. Et en apprenant de nos erreurs, on devient plus fort, plus solide. Il y a des limites qui resteront, et elles seront plus liée au code de valeur qu’au blessure. Ce jour-là, on aura encore des cicatrices, et elles seront fermées et solidifiées. Elles ne pourront pas saigner sur quelqu’un d’autre. On est alors disposé à rencontrer.

Sinon, si on décide d’aller d’une relation à l’autre sans guérir nos blessures, nous entrons dans un tourbillon de co-dépendance teinté d’histoire dramatique. On amène nos vieilles croyances dans une nouvelle relation, nos défenses créées par d’anciennes blessures sur un terrain vierge qui ne nous a pas attaqué. Inconsciemment, on blesse avant d’être blessé. En activant ce système, notre cœur s’essouffle plus rapidement car il n’a pas eu de repos. Notre système émotionnel est à fleur de peau car il n’a pas encore guéris de son ancienne brûlure,.. Alors on blesse l’autre avec nos blessures. On tache la relation de notre propre sang, en ouvrant parfois les cicatrices de l’autre.

Et lorsqu’on sort de là, on a encore mal. On souffre, on a l’impression d’avoir tourné en rond. On a activé des blessures chez l’autre et on en reçoit les contrecoups. Et ce qui me surprend à chaque fois, c’est que l’humain n’apprends pas rapidement et recommence.

L’idée, c’est de s’arrêter. L’idée, est d’aller consulter lorsqu’on est blessé. L’idée, est d’apprendre à vivre seul avant de vivre à deux. L’idée, est d’être autonome émotionnellement avant de rencontrer quelqu’un. L’idée, c’est d’avoir la sagesse de reconnaître nos faiblesses, d’avoir la vulnérabilité de les exposer, de cultiver l’ouverture afin d’accueillir l’autre tel qu’il est. De s’accueillir soit quand une blessure crie. De communiquer sainement nos limites et besoins. D’avoir l’humilité de reconnaître qu’on n’est pas parfait. Et de ne pas chercher notre idéal de la perfection dans une relation, en essayant de mettre l’autre dans une boîte qui est notre propre concept de l’amour. Tandis que l’amour, ça n’a pas de concept. C’est juste doux. Les concepts sont basés sur des blessures non guérit, et l’égo a senti le besoin de mettre des termes afin de se protéger d’avoir mal.

Le meilleur exemple est la fameuse liste de critère. C’est une création du mental de A- Z! Il n’y a aucun amour là-dedans ! Lorsque tu vois cela, c’est ton REDFLAG que tu es devant quelqu’un qui n’a pas guérit ses blessures. Et si c’est toi qui est là, je t’invite à commencer un processus de guérison. Ouvre ton cœur et aime-toi. Tu rencontreras ensuite, lorsque le temps aura pansé ces cicatrices qui veulent juste être caressées.

Love
Olenny

1 Commentaire
  • Lise Valois
    Publié à 18:34h, 12 janvier Répondre

    Merci, effectivement après une relation de 11 ans du père de mes enfants j’ai resté seule par choix un an et demie, depuis j’ai eu quelques relations mais l’amour étant pas au rdv, il y a 17 mois j’ai rencontré un homme galant, des beaux mots mais très blessé et très orgueilleux ouff donc viens d’y mettre fin
    Assez difficile car je me dis aura t’il un jour un homme équilibré avec les mêmes valeurs que moi ?
    Je me recentre sur moi et tout ira étant positive
    Merci

Publier un commentaire